14 L’ibère émoi ! | ¡ESPAÑA TE QUIERO!

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

¡ESPAÑA TE QUIERO!
Qu\'est-ce qui se cache derrière les éventails espagnols?, par Dominique Chaudey
Dernier Billet
Non classé | 10.06.2010 - 09 h 32 | 1 COMMENTAIRES
L’ibère émoi !

Pourquoi j’aime le café et pourquoi je déteste les choux de Bruxelles ? Pourquoi un Allemand, tout sublime qu’il soit, ne me procure jamais les même frissons que n’importe quel Espagnol presque quelconque ? Mon premier souvenir érotique ne date pas vraiment d’hier. Je devais avoir quatre ou cinq ans et j’étais dans les bras d’un voisin torse nu. Il était poilu et espagnol. Mes hormones se seraient-elles bloquées à cette époque ? Toujours est-il que je ressens la même chose encore aujourd’hui dans les bras d’un machote.

httpv://www.youtube.com/watch?v=J52EVQC59BY

Pourquoi j’aime le café et pourquoi je déteste les choux de Bruxelles ? Pourquoi un Allemand, tout sublime qu’il soit, ne me procure jamais les même frissons que n’importe quel Espagnol presque quelconque ? Mon premier souvenir érotique ne date pas vraiment d’hier. Je devais avoir quatre ou cinq ans et j’étais dans les bras d’un voisin torse nu. Il était poilu et espagnol. Mes hormones se seraient-elles bloquées à cette époque ? Toujours est-il que je ressens la même chose encore aujourd’hui dans les bras d’un machote. Odorat, toucher, gout, vue, ouïe de ce côté des Pyrénées.

L’été est bel et bien là… Chaud, brulant, humide, moite, doré. Tout est là pour qu’explosent mes cinq sens ! La pantalon a disparu laissant place au short. Et c’est le retour des mollets galbés, des cuisses musclées par tous ces dimanches de football. A la plage, les bronzages sont approximatifs : on ne porte moins le dernier maillot AussieBum ici. Les machicos remontent haut leur short sur les cuisses pendant les seules dix minutes où ils ne jouent pas avec leurs potes. Là, ils bronzent. Mais ça ne dure jamais. Pour mon plus grand plaisir d’ailleurs. Ils repartent aussitôt en courant pour se jeter à l’eau, en bande toujours. J’adore quand ils sortent de la mer et qu’ils se plantent debout devant la pin-up du moment qui n’a pas levé les yeux une seconde du magazine people qu’elle est en train de dévorer. C’est une véritable danse du paon. Encore mouillé, le garçon se sèche debout, se frotte et s’admire. Un peu d’huile sur le corps. A l’arrache. Le mélange eau-huile me provoque à chaque fois des émotions presque ridicules. J’assume. Je pourrais rester des heures à les regarder. A essayer de deviner quel était, à l’origine, le dessin du tatouage passablement raté qu’il porte sur l’épaule. A avoir des frissons chaque fois qu’il se passe la langue sur les lèvres après avoir bu un Red-Bull… A imaginer que le regard qu’il m’a porté était bien pour moi, et pas pour vérifier que je ne matais pas la pin-up !

Les garçons regardent beaucoup. Mecs, filles peu importe. Chaque regard a une fonction. Séduction et narcissisme, charme et défiance. Le soir dans les bars, chacun se jauge et se juge. Il n’est pas vraiment question de drague mais on se toise du regard. Ca fait partie du rituel. Les chicos s’en donnent à cœur joie. « Tu me regardes mais tu ne regardes pas ma nana ! » Pour ça, aucune chance. Et je regarde tout. Ici aussi, le taille basse fait loi chez les garçons. Le slip bariolé H&M qui sort du short me rend dingue. Mieux encore quand le slip en question est lui aussi taille basse et qu’apparaissent au détour d’un regard des fesses poilues. On ne me retient pas. Je suis capable à ce moment d’engager n’importe quelle discussion. Et je vous garantis que je me suis documenté sur la Roja, l’équipe de foot espagnole. Je parle Mundial à tour de bras. Et comme, en tant que Français, je n’ai aucune raison d’être chauvin sur le football, ils adorent.

Deux ou trois cubatas plus tard, on se touche. Les machos passent leur temps à se toucher la bite. Pourquoi ? Je ne sais pas. Sans aucune pudeur, ils se remontent le paquet. On exhibe la bête ! Chaque fois, je frôle l’érection quand un mec me prend par les épaules pour me présenter su chica. La fille en général n’est jamais vraiment très dupe. Le bisou, le clin d’œil me le prouve. Les garçons sont de moins en moins farouches au fur et à mesure que la nuit avance. Le grand jeu avec mes amis gays est de donner un maximum de claque sur les fesses de nos machos. Qu’ils nous rendent d’ailleurs.

C’est souvent le moment où ils ouvrent leur chemise, où ils retirent leur tee-shirt. La chaleur aidant, on transpire. Le week-end dernier, il faisait 28° à minuit ! Le mélange vieux parfum de supermarché-transpiration me rend fou. La version espagnole et masculine du parfum Céline Dion est le Siete d’Alejandro Sanz. Le Alejandro en question est chanteur, et a vendu plus de 21 millions de disques. Excusez du peu ! Toujours est-il que je reconnais ce parfum à dix mètres. Il fait partie de ma trilogie érotogène : l’auréole sous les bras, les tatouages débiles et le parfum.

Bien sûr, à l’aube, je les embrasse. Rarement avec la langue : « no soy maricón ! » De ces baisers dont je me souviens longtemps. On a les fantasmes qu’on veut… Qu’on peut ! Le mois dernier, un macho magnifique m’a donné sa chemise après une nuit alcoolisée. J’ai adoré. Je deviendrais fétichiste ? Un jockstrap bien usé, la chemise du chico, des portes clefs ridicules, des numéros de téléphones à la pelle, une socquette (un échange avec un hétéro très drôle qui a fini ivre sur mon canapé !). Oui. Je deviens fétichiste. Mais je ne garde ces objets que s’ils m’ont été donnés par des Espagnols. Une nouvelle collection, quoi ! Ma collection « l’Ibère et moi » !

LES réactions (1)
L’ibère émoi !
  • Par j-c le bear a londres 14 Juin 2010 - 5 H 02

    hola Dom !

    je me delecte a lire ton blog au boulot… c’est malin a imaginer tous ces beaux iberes, j’en ai la trique… il est grand temps que je vienne te voir a Valancia… tu me donneras quelques phrases clefs pour me faire connaitre de ces beaux messieurs poilus voir velus je ne suis pas difficile comme tu sais…

    bonne journee a toi mon ami et a tous les Yaggeurs & Yaggeuses…

    PS: y’a t’il des beaux iberes sur la communte de Yagg qui sont sur Paris… ???

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Non classé | 9 h 32 | 1 COMMENTAIRE
    Non classé | 9 h 19 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 2 h 54 | 1 COMMENTAIRE
    Non classé | 7 h 55 | 3 COMMENTAIRES
    Non classé | 3 h 53 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 5 h 04 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 7 h 26 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 8 h 09 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 5 h 01 | 0 COMMENTAIRE
    Publicité