14 Le cul entre deux cultures | ¡ESPAÑA TE QUIERO!

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

¡ESPAÑA TE QUIERO!
Qu\'est-ce qui se cache derrière les éventails espagnols?, par Dominique Chaudey
Dernier Billet
Non classé | 31.03.2010 - 15 h 53 | 4 COMMENTAIRES
Le cul entre deux cultures

Une tartine beurrée… La Pyramide du Louvre… Un verre de Brouilly… Un film avec Josiane Balasko… L’odeur du métro de Paris… Tout Florence Foresti… La gueule que tirent les serveurs… Les discussions intellectuelles de la terrasse du Cox… Les Roumaines qui chantent… Des os à moelle… Les Buttes Chaumont… La Nouvelle Star… Et j’en passe.

httpv://www.youtube.com/watch?v=uCf3UjYabNY

Une tartine beurrée… La Pyramide du Louvre… Un verre de Brouilly… Un film avec Josiane Balasko… L’odeur du métro de Paris… Tout Florence Foresti… La gueule que tirent les serveurs… Les discussions intellectuelles de la terrasse du Cox… Les Roumaines qui chantent… Des os à moelle… Les Buttes Chaumont… La Nouvelle Star… Et j’en passe.
On a tous sa liste de Prévert à soi. Surtout quand on est parti. A cheval entre deux cultures. Ce n’est pas de la mélancolie, encore moins de la nostalgie. C’est un je-ne-sais-quoi de pétillant qui vous éclaire le visage, vous fait sourire. Je suis un gavacho (nom que les Espagnols donnent aux Français. A l’origine, ce n’est pas très sympa. Autant en rire). Et j’assume. Je me parfume. Je m’intéresse à la politique. J’adore manger. Et je parle de cul tout le temps. Les Espagnols aiment beaucoup notre côté fille facile en Dior ! Jockstrap Dior, j’entends.
Mais de temps en temps, mes connasseries avec mes copines me manquent. Aussi chaque fois que l’occasion de faire la fête avec d’autres Français se présente, je saute. Le week-end dernier, j’étais invité à une fête d’anniversaire. De ces fêtes dont on sait toujours quand elles commencent, rarement quand elles finissent. En l’occurrence, on a laissé nos hôtes le lendemain à 17 heures ! Mais revenons un peu au déroulement de cette fête. Vers 3 heures du matin est arrivé Franck, un Français qui vit à Valencia depuis seize ans. Le garçon en question est serveur au Nuncadigono (en français, « je ne dis jamais non »), le sexclub local. Une vedette, quoi ! Très chic une fête avec deux Français. Non, là, je fais ma vieille parisienne qui se la joue. Toujours est-il que les deux gavachos à force de ginebra con cola (gin-coca) pour moi et de ron con cola (rhum-coca pour Franck) ont fait leur show. Discussions endiablées en castellano jusqu’à 8 heures du matin puis on a craqué. Le naturel est revenu au galop. En français.
On a passé ensuite trois heures à chercher nos clips français préférés sur YouTube puis à danser comme des folles dessus. Tout y est passé : Niagara, les Rita Mitsouko, Vanessa Paradis (Joe le taxi, même en Espagne et passablement éméchés, tout le monde connait), Gainsbourg… Tout avait un gout de madeleines… Nos madeleines à Franck et à moi. On a même décidé que Sandra (si, si, remember, Maria Magdalena !) était une de ces madeleines. Personne n’a osé contrarier les deux connasses.
Mais le plus drôle, enfin pour nous surtout, c’est le moment où on a attaqué les slows. Bruna Giraldi : Y a de l’amour dans l’air. Rien que de l’écrire, j’ai honte. Surtout quand je me rappelle du connard qui m’a largué après ce slow en 1983. Même pas beau ! Du coup, la culture un peu haut de gamme à la Française, c’était pas vraiment ça : Ginette Reno, Jeane Manson, Michele Torr… Mais c’est la faute à l’alcool. Oui mais bien sûr.
Et Franck de me sortir sa liste de Prévert à lui. J’avais oublié le camembert. Un Français à l’étranger se damne pour un morceau de camembert, coulant, puant. Nous en tout cas. Les derniers Espagnols présents à la fête nous regardaient comme deux ovnis. Cariñosos. Peut-être parce qu’on les aiment vraiment très fort, on a commencé alors à faire notre nouvelle liste de Prévert. Celle d’ici…
Un verre de Horchata avec des fartones… Une chanson d’Alaska… Les brushings de la Reine Sofia… Un tableau de Sorolla… El Diario de Patricia… Une paëlla au bord de la plage… Un chalet à la mer… Una copa de Rioja… Une empanada à la morcilla… Carmen Maura… Les culs des légionnaires et les cuisses de Rafa Nadal… Les afters en terrasse qui finissent à 18 heures… Les chupitos… Almodóvar… El jamón, el jamón y el jamón…

LES réactions (4)
Le cul entre deux cultures
  • Par TornBlueJeans 31 Mar 2010 - 18 H 14

    Tendre et très beau ! J’aime !

     
  • Par Christophe Martet 04 Avr 2010 - 15 H 37
    Photo du profil de Christophe Martet

    Josiane Balasko se fait de plus en plus rare, pour le reste… tu ne manques rien.
    Bises

     
  • Par CéD 12 Avr 2010 - 9 H 51

    Hola Dom !
    Que envidia me das !!!
    Je viens de découvrir ton blog et il va falloir que tu accélères le rythme de tes publi parce que… ya estoy enganchado !
    c’est sans doute parce que je vis avec un (basque) espagnol à Paris… et que je ne peux plus me passer de Bilbao, Barcelone, Madrid, la costa brava…
    hasta pronto 😉

     
  • Par Bea (española afincada en Paris) 12 Avr 2010 - 15 H 59

    Gracias por esto! Me ha encantado…y adoro el culo de los legionarios!! Te falta una cosita… »una puesta de sol en la playa »…
    Por cierto, « gabacho » es con B (no te molestes, a mi me gusta que me corrijan mi mal frances » y tienes suerte…es peor si te llaman « franchute ».
    Un beso

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Non classé | 9 h 32 | 1 COMMENTAIRE
    Non classé | 9 h 19 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 2 h 54 | 1 COMMENTAIRE
    Non classé | 7 h 55 | 3 COMMENTAIRES
    Non classé | 3 h 53 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 5 h 04 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 7 h 26 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 8 h 09 | 4 COMMENTAIRES
    Non classé | 5 h 01 | 0 COMMENTAIRE
    Publicité